Jour 1 : Reykjavik

Premier jour. C’est le départ de notre voyage pour l’Islande. Direction Roissy pour prendre notre avion à destination de Reykjavik.

Arrivée à l’aéroport de Roissy CDG. Nous voyagerons avec la compagnie Icelandair, notre vol est confirmé pour 14h15 et durera 3h30. L’arrivée est prévue à 15h45 heure locale (2h de moins).

Roissy

Comme nous aurons notre voiture pendant tout le séjour, je n’ai pas hésité à charger mes sacs surtout en matos photo. Le hic, si effectivement nous n’aurons pas à porter nos sacs à dos, la compagnie aérienne, elle, est plutôt regardante sur le poids des bagages et surtout sur le profit qu’elle peut en tirer ! Après la pesée, 9kg d’excédent… à 10€ le kg supplémentaire, cela nous fait un supplément de 90€. Qu’importe, si c’est le prix à payer pour rapporter les images que j’ai envie de faire là-bas. J’assume. Mais on tâchera d’optimiser au retour.

Le vol se déroulera normalement. L’avion et le confort à bord sont des plus rudimentaires. Rien à voir avec les compagnies arabes ou asiatiques, ni même les vols transatlantiques. Bouffe payante, équipement d’un autre âge, écrans des années 80… On ne va pas chipoter, ça ne dure que 3h30, mais quand même, c’est la compagnie nationale, ce n’est ni du low-cost, ni un charter.

Notre premier contact visuel avec l’Islande sera le blue lagoon. Avec son usine géothermique, et sa couleur bleue turquoise il est facilement repérable depuis les airs, d’autant qu’il n’est pas loin de l’aéroport de Keflavik.

Vue du blue lagoon de l'avion

A l’arrivée un gars très sympa de l’agence « Reykjavik rent a car » nous attend pour nous remettre le 4×4 (Jimny). Ce sera notre premier contact surprenant avec le pays. Il nous explique qu’il faut faire attention avec les passages à gué, que les assurances ne couvrent rien si on noie le moteur ou si on abîme le bas de caisse, puis nous explique comment rendre la voiture à la fin du séjour :
« Vous laissez la voiture sur le parking de l’aéroport, laissez les clés et le ticket du parking dans la boîte à gants, et ne fermez pas la voiture ».
Mazette ! C’est pas en France qu’un loueur ferait ça. Il ne font même pas l’état du véhicule. Ni à la prise en charge, ni au retour !

On charge le Jimny. Effectivement il est petit. Obligé de rabattre les sièges arrières pour faire de la place.
En route vers Reykjavik. On a du mal à s’habituer au comportement de la voiture. La tenue de route n’est pas évidente surtout avec les rafales de vent. Pas encore habitués à l’embrayage, on cale souvent. Entre Keflavik et Reykjavik la route est superbe. On traverse un champs de lave recouvert de mousse.

jimny

Comme il fait beau, nous prenons la direction du camping pour y planter notre tente, une Tarn 2 de Mountain Equipment Coop.
Le camping

Nous partons ensuite faire un tour en ville. Passage obligé par la cathédrale. Certains n’aiment pas le style, moi j’aime bien cette masse de béton brut, dont les formes évoquent les colonnes de basalte que l’on peut trouver en Islande.
L’intérieur est épuré, blanc, froid, pur, limite austère, mais ça a son charme… L’orgue quant à lui est tout simplement gigantesque !

Reykjavik

intérieur

fisheye

Petit passage par le centre ville…

Nous allons ensuite dîner dans un petit resto sur le port qui fait des brochettes et des soupes de poissons délicieuses. Recommandé dans la plupart des guides, le « Seabaron Sægreifinn » est de ce fait fréquenté par les touristes comme on peut s’y attendre, mais aussi par les locaux !

Seabaron Sægreifinn

A table nous faisons des projets pour le lendemain. A ce stade, rien n’est décidé, allons-nous faire le tour de l’Islande dans le sens horaire ou anti-horaire ? Vive les voyages à géométrie variable ! En revanche j’ai soigneusement potassé tous les points d’intérêt à visiter.
On commencera par le sud avec le blue lagoon et on dormira vers Selfoss pour faire ensuite le cercle d’or.

Petite balade digestive sur le port. Gros avantage de l’Islande à cette saison, c’est que le soleil ne se couchant pas vraiment, on peut faire des photos tout le temps ;)

Le port

Il y a là deux gros chalutiers complètement rongés par la rouille, et j’espère hors service. Un vrai spectacle ! Aucune partie n’est épargnée par la corrosion. J’imagine ces bateaux en pleine tempête… Terrifiant !

Retour au camping pour notre première nuit sous la tente. Un point que j’appréhendais un petit peu : la luminosité. En effet, en juin il ne fait jamais nuit, et le soleil ne fait que rebondir sur l’horizon. Finalement on s’y fera très bien. De plus le camping est très bien aménagé, propre, l’eau des douches est bien chaude et sulfureuse. Un vrai plaisir de camper dans ces conditions.

Page suivante >> 2ème jour

Laisser un commentaire

Note concernant les commentaires et les liens en DoFollow :

Commentaires en DoFollow Cher visiteurs, passionnés, photographes de mariage, SEO, bots, et spammeurs en tout genre, n'oubliez pas qu'ici les commentaires sont modérés à priori et soumis à mon jugement subjectif.

  • Ne seront pas validés les messages dont l'unique but est de faire du SEO (Search Engine Optimisation), les message trop courts, hors focus, injures, bref, tout ce qui n'apporte pas d'intéret au sujet.
  • Seront validés les messages constructifs, rédigés en bon français et respectant le sujet principale.
Si vous suivez ces règles de bon sens, vous serez récompensé par un lien retour vers l'un des 10 derniers articles de votre site/blog, pour ceux que ça intéresse.

Si vous n'avez rien compris à tout ça, mettez juste un bon commentaire ;)
This site uses KeywordLuv and CommentLuv Enabled. Liens en DoFollow !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge